Marennes

Aménagement & Développement Durable

Le Grand projet du marais de Brouage

La Communauté de Communes du Bassin de Marennes et la Communauté d’Agglomération Rochefort Océan (CARO) ont uni leurs forces en 2016 pour lancer le « Grand projet du marais de Brouage » et ainsi permettre une gestion concertée du marais, impliquant l’ensemble de ses usagers.

La carte du Marais de Brouage

Le marais de Brouage constitue l’une des plus riches et emblématiques zones humides du territoire français avec 1 500 km de canaux et fossés sur près de 10 000 ha. Sa désignation en site Natura 2000 et son classement au titre de ses qualités historiques et pittoresques, attestent de la volonté des pouvoirs publics de le préserver et de valoriser ses richesses naturelles, économiques et culturelles.

Issu de l’envasement de l’ancien golfe de Saintonge et modelé au fil des siècles par l’exploitation du sel puis par l’élevage extensif, il n’en reste pas moins un milieu fragile. C’est pourquoi les deux intercommunalités qui ont ce territoire en partage, ont décidé de s’unir afin de mettre en œuvre un ambitieux projet visant à assurer la pérennité de cette zone humide aux multiples fonctions.

Gestion de la ressource en eau

Il s’agit d’identifier et de mettre en œuvre les mesures (travaux, curage des canaux, gestion des niveaux d’eau…) permettant de préserver une biodiversité et un paysage exceptionnels, tout en confortant les activités primaires (élevage, conchyliculture notamment) et de loisirs (chasse, pêche, promenade).

Pour ce faire, les deux collectivités ont signé fin 2019 un « Contrat de progrès territorial » de 3,7 millions d’euros avec l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’État, la Région, le Département et l’ensemble des acteurs concernés. Les travaux prévus dans ce contrat s’inscrivent dans la continuité de ceux qui ont permis en 2018 la réhabilitation du canal de Broue, artère principale du marais.

Soutien à l’élevage extensif

Les activités primaires extensives, en particulier l’élevage bovin, œuvrent en grande partie à la préservation du marais. L’enjeu est donc de consolider ces filières pour permette le maintien des activités et leur juste rémunération.

À ce titre, le marais de Brouage a été désigné site expérimental par les ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique, pour engager une réflexion sur la gestion du foncier, l’adaptation des pratiques d’élevage au milieu, la bonne santé des animaux, la valorisation des produits… Dans ce cadre, une chargée de mission spécialisée en agronomie anime depuis fin 2019 l’association des éleveurs du marais de Brouage qui compte 21 membres. Une Association Foncière Pastorale (la première en zone humide) a par ailleurs été créée afin de permettre l’entretien de parcelles et leur ouverture au pâturage du bétail.

Pâturage dans le marais de Brouage

Valorisation du patrimoine

Au regard de la fragilité du site, il s’agit de construire une offre touristique raisonnable, axée sur un tourisme durable, avec la mise en valeur du patrimoine naturel et du patrimoine bâti (citadelle de Brouage, site de Broue, château de Saint-Jean d’Angle, mais aussi « petit patrimoine »…), une valorisation des activités emblématiques (élevage à la ferme, ostréiculture, mytiliculture), et le développement d’un tourisme vert (pistes cyclables, gîtes ruraux…).

Des actions pédagogiques sont mises en place pour sensibiliser les scolaires au marais, tout comme des « ÉducTours » qui permettent aux professionnels du tourisme de mieux connaître le territoire et de s’en faire les ambassadeurs auprès de leurs clientèles. Une étude vélo a également été lancée pour développer le vélotourisme dans le cadre une démarche responsable. Un inventaire des cabanes de marais a aussi été lancé.

Brouage classé parmi « Les Plus Beaux Villages de France »

La concertation au cœur du projet

Pour mener à bien le Grand projet du marais de Brouage, les intercommunalités ont décidé d’associer l’ensemble des acteurs du marais à la définition des besoins, des grandes orientations et des actions à mettre en œuvre. Pour ce faire, un Parlement du marais a été mis en place.

Véritable instance de gouvernance du projet, il réunit plus de 80 personnes : élus locaux, éleveurs, ostréiculteurs, professionnels du tourisme, chasseurs, pécheurs, protecteurs de l’environnement… Une démarche inédite qui crée une véritable émulation collective.

Adhésion au Réseau des Grands Sites

Les collectivités ont décidé fin 2019, d’engager une réflexion sur l’opportunité de lancer une « Opération Grand Site » sur le marais de Brouage. Une telle opération, si elle avait lieu, permettrait d’apporter une reconnaissance nationale au Grand projet du marais de Brouage, ainsi que des financements pour mener à bien des actions de promotion, de préservation et de développement, avec à terme une potentielle labellisation du marais « Grand Site de France », au même titre que la Baie de Somme ou le marais Poitevin.